Vous pensiez que le bandeau noir sur l'œil des pirates servait à cacher un œil crevé ? Eh bien non ! les marins avaient compris qu'un œil non habitué à la lumière développe la faculté de mieux voir dans l'obscurité (nyctalopie). En cachant un œil, ils pouvaient ainsi améliorer leur vision nocturne !


La Psychomaturgie donne un certain nombre de méthodes pour dépasser la médiocrité intellectuelle qui a freiné l'homme de tout temps.
Elle peut également être considérée comme une technique de déconditionnement, d'autodéfense ou d'assouplissement intellectuels.
Elle tente de s'appuyer sur la psychologie des profondeurs pour atteindre une "psychologie des altitudes".

La plastonomie ou glossomaturgie consiste à créer des néologismes à partir de racines grecques piochées aléatoirement. De savoureuses perles peuvent en être extraites ! EXEMPLES



Le terme ordinateur signifie, d'après le Littré d'avant-guerre : "dieu qui met de l'ordre dans le monde".
Le (pseudo-)bogue de l'an 2000 était loin !




Le professeur Léon BRILLOUIN a donné cette jolie définition de l'électron (reprise par le prix Nobel R.A.MULLIKAN) : "C'est une torsion du néant négativement chargée."
Ce sera peut-être l'interprétation théologique de la définition du Diable dans 15000 ans si la civilisation recommence à zéro...




Est-ce que la Terre pourra nourrir tout le monde ?
On estime que notre planète pourrait accommoder jusqu'à 30 milliards de personnes s'ils vivaient comme des paysans du Bangladesh, mais seulement 700 millions s'ils adoptent le mode de vie des Occidentaux...

De même, en installant des panneaux solaires sur seulement 1% des 10% des terrains désertique que possède notre planète, nous pourrions fournir l'énergie suffisante pour couvrir tous les besoins actuels ! (utopie rêvée en 2008)




052631578947368421 est un nombre magique ! Multipliez-le par un nombre entier compris entre 2 et 18, les chiffres du résultat se suivront exactement dans le même ordre, à un décalage près !
Ex : 052631578947368421 x 2 = 105263157894736842 !
Le 1 est passé devant...
Et maintenant multipliez-le par 19 pour voir ;o)
On appelle ça un nombre phénix.

Et que pensez-vous de 142857.



LA solution au problème de l'oeuf et de la poule : la poule est en fait le moyen pour un oeuf de faire un autre oeuf...




Le dernier muscle répertorié (en 1996 !) est le sphénomandibularis. Il empêche la mâchoire de s'ouvrir sous l'effet de la gravité.


La palme du néologisme revient à cet illustre inconnu qui a créé le mot monokini en croyant que le bi de bikini voulait peut-être signifier 2 en référence aux 2 pièces du maillot...
On lui laisse cependant le bénéfice du doute !
A ne pas confondre avec le monokunu de Pierre Dac et Francis Blanche qui avaient proposé un type de maillot où on gardait le soutif en enlevant le slip !






Arobe ou arrobe (n.f.)
Nom donné depuis 500 ans au "@" et normalisé récemment :
.a commercial (AFNOR)
.arrobe (ISO/CEI 10646-1).
En typographie : arobase, en anglais : arobace
En Internet français : chez, en anglais : at
L'origine de la forme de ce signe serait la ligature latine de ad ("à" en français) où le a et le d cursifs de l'onciale (ad penché vers l'avant) ont fini par se confondre.
Une thèse parfois contestée affirme que son appelation graphique est on ne peut plus française : ce sont des imprimeurs bien de chez nous qui ont tout simplement désigné ce caractère par ses éléments descriptifs "a-rond bas (de casse)" ("bas de casse" signifie "minuscule", la version majuscule ayant également existé).
A tout prendre, pour être puriste et ne pas faire de cadeau supplémentaire à la langue anglaise, essayons d'utiliser le latin ad !



Perluète ou pirlouète ou esperluète (n.f.)
Nom donné autrefois au "&".
Le Larousse encyclopédique de 1936 indiquait que ce caractère était la vingt-septième lettre de l'alphabet et qu'il était utilisé dans une comptine enfantine à la fin de l'énumération de l'alphabet.
Le mot anglais correspondant est ampersand.

NB : Le caractère ¶ s'appelle "pied de mouche".
"Sur le plan génétique, notre proximité avec les grands singes est considérable ; elle atteint 98,7% avec le chimpanzé, elle est encore de 80% avec la souris et de 50% avec la levure."
Axel KAHN - "L'homme, ce roseau pensant"




















Si vous désespérez de trouver une alternative à cet envahissant anglicisme "smiley", préférez-lui sans hésitation le terme de "binette" ayant l'intérêt de rappeller le mot "binaire" tout en restant charmant (ce que n'est pas du tout "emoticone") et peu connoté positivement ou négativement.
Conseillé à juste titre par l'OLF !












Informaticiens, arrêtez de parler de KILO, MEGA, GIGA et autres TERA-octets.
La Commission Electrotechnique Internationale a établi de nouvelles appellations standard adaptées à l'informatique ; les nouveaux préfixes sont KIBI (Ki), MEBI (Mi), GIBI (Gi), TEBI (Ti), PEBI (Pi), et EXBI (Ei) pour représenter les puissances de 2 exponentielles.
En effet, selon le Système International d'Unités, un kilo équivaut à mille (103) et non à 1 024 (210 => 1 KIBI), un méga à un million (106) et non à 1 048 576 (220 => 1 MEBI), etc...
Votre ordinateur, pour supporter votre logiciel préféré, devra donc avoir par exemple 96 mebi-octets de RAM pour que vous ne vous lamentiez pas trop ;o)


















Comment prévoir le temps ?
Abîmez une toile d'araignée et observez-la :
si elle ne reconstruit pas sa toile, c'est qu'il va y avoir des intempéries...



La sensation de froid qu'on ressent sur la peau est beaucoup moins dépendante de la température que des différents coefficients thermiques des matériaux/fluides en contact desquels on est... C'est pourquoi on a moins froid à -10° avec de l'air sec et sans vent qu'à 10° avec l'air humide et le mistral, ou qu'un morceau de bois à 0° paraît moins froid au toucher qu'un morceau de métal à 20° ; en fait, ce qu'on ressent n'est pas du tout la température, mais le "débit" de chaleur que l'objet/fluide "aspire" de notre peau.














Une énième explication de l'expression OK : lors de la guerre de Sécession, les officiers notaient chaque soir les pertes de la journée. Lorsque aucun soldat n'avait été tué, ils écrivaient "zero killed", soit 0K en abrégé, le zéro pouvant se prononçer O en anglais. Compte tenu des circonstances, ce signe d'agrément positif se serait généralisé...
Des propositions étymologiques marrantes ici, ou sérieuses mais pas définitives ... auxquelles j'ajouterai la théorie qui évoque la proximité phonétique avec le "Oc" de la langue occitane - idéale pour les chauvins mais temporellement incohérente...










Notre galaxie, la Voie lactée, est une cannibale boulimique. Au cours des derniers milliards d'années, elle a gobé au moins deux ou trois galaxies plus petites, dont les astronomes commencent à trouver les traces dans le ciel.
Dans trois milliards d'années, notre galaxie sera elle-même gobée par sa voisine, la galaxie d'Andromède, deux fois plus massive. Celle-ci s'approche de nous à la vitesse de 500 000 km/h. Cette vitesse ira en accélérant au fur et à mesure que les deux galaxies approcheront l'une de l'autre. La collision ne sera pas immédiate. D'abord, les deux galaxies se frôleront. Mais l'énorme masse gravitationnelle de leurs halos de matière sombre déformera la Voie Lactée jusqu'à la rendre méconnaissable. L'espace entre les étoiles est tel que l'écrasement de la Voie Lactée par sa voisine ne provoquera pas de collisions directes. Mais des masses de comètes se mettront en mouvement, bombardant les planètes. Et les étoiles massives, devenues instables, exploseront en grand nombre, formant autant de supernovae.
Cela donnera un ciel nocturne magnifique !...
il y aura peu de conséquences pour la Terre. Tout au plus, les deux galaxies s'échangeront de la matière et des étoiles, de sorte que notre système solaire pourrait changer de galaxie. Mais, quoi qu'il en soit, le Soleil sera rendu en fin de vie et aura déjà entraîné avec lui la disparition de toute vie terrestre. Dommage !












En 1747, le savant J.E. Bode écrivit une relation numérique simple qui rend compte de la distance au Soleil des six planètes que l'on connaissait à cette époque. On s'aperçut plus tard qu'il manquait, entre Mars et Jupiter, une planète correspondant à la formule de Bode. Mais il y avait, à cette place, un essaim d'astéroïdes, traces d'explosion d'une planète : Ceres. Lorsqu'on découvrit Uranus, la formule de Bode s'y appliquait. Cette loi de Bode donne des distances des planètes au Soleil selon la formule 0,4 + 0,3.2n.



La disposition des touches des claviers QWERTY (ou AZERTY) ne répond pas à une logique d'optimisation de la frappe. Bien au contraire, cette disposition empêchait une frappe rapide et donc que les bras des anciennes machines à écrire se coincent.
C'est en vantant "le rangement scientifique des touches" de son invention, sans plus de précisions, que tout le monde déduisit à tort que C.L.SHOLES avait trouvé une disposition des touches demandant à la main le moins de mouvements...
La force de l'habitude pousse à conserver cette disposition injustifiée, alors que des claviers, tel que celui de DVORAK, répondent mieux, aujourd'hui, à l'optimisation de la frappe.




Contrairement aux apparences, la vitesse de rotation de la Terre n'est pas constante ; notre planète tourne de plus en plus lentement.
Certaines années, une seconde est discrètement rajoutée (e.g. en 1987, 1989, 1993, 1994) par les organismes officiels (à partir d'un calcul atomique immuable : les oscillations de l'atome de Césium 133).
Ce freinage progressif de la rotation est dû aux marées terrestres - le jour aurait diminué de 2 heures environ en 350 millions d'années, la rotation se faisant en 12 heures lors de la formation de la Terre, il y a 4,5 milliards d'années ! De plus, il y a 350 millions d'années, l'année durait 400 jours.

Les testicules tirent leur nom de l'usage antique romain consistant, pour un homme, à prêter serment devant un tribunal en plaçant sa main sur ... les siens.
Testis, en latin, signifie témoin !










La quête du plaisir trouve son origine , comme beaucoup d'autres pulsions primitives, au niveau de l'hypothalamus.
Le plaisir est une réalité biologique objective reposant sur des groupes de neurones particuliers et des substances chimiques spécifiques.
L'orgasme correspond à une minicrise d'épilepsie cérébrale. Seul le septum (noyau du système limbique) de l'homme est concerné par cet "orage neuro-électrique".
Chez la femme, en plus du septum, le thalamus et l'amygdale cérébrale sont également touchés.
La sécrétion d'endorphines naturelles lors de l'acte amoureux procure les mêmes effets (en moins nocifs) que ceux ressentis par les fumeurs d'opium.
L'euphorie et/ou la béatitude s'accompagnent d'une mise au repos du système nerveux végétatif (commandant le fonctionnement de notre cœur, de nos poumons, de nos viscères) quotidiennement mis à mal par le stress de la vie courante, et lui permet de récupérer.
Ce bénéfice thérapeutique de l'amour physique stimule le tonus de l'organisme, augmente sa vitalité et apaise ses tensions de manière remarquable, y compris chez les cardiaques.





Les lettres doublées, si nombreuses dans la langue française, seraient dues à l'appât du gain des moines copistes du Moyen-Age payés au nombre de lettres des manuscrits qu'ils retranscrivaient !
En 1608, Jérôme Hornschuch (Orthotypographia, réédition Éditions des Cendres, 1997, p.79), un de nos premiers correcteurs d'imprimerie, écrit à ce sujet: « [...] selon eux [le commun des copistes], pour écrire de la façon la plus élégante, il faut augmenter chaque mot qui se termine en n par la même lettre redoublée, écrire und avec une double nn et aussi alourdir çà et là d'un C la lettre d et mettre des h aspirés le plus souvent possible. De même, ils écrivent ff avec un tel espace entre les deux lettres qu'on dirait qu'elles présentent une ouverture assez large pour laisser passer un chameau. Et tout ça pour gagner plus d'argent. Car chaque page vite remplie peut être vendue un denier la pièce. »




L'une des mnémotechniques les plus amusantes consiste à relier un son à un chiffre. Elle aurait été créée en 1634 par Pierre Hérigone et permet de mémoriser les nombres en passant par des mots : les chiffres sont remplacés par des consonnes entre lesquelles on ajoute des voyelles pour formuler des mots du vocabulaire courant.
La table de correspondance adoptée est la suivante :
0:S ou Z    1:T ou D    2:N ou Gn    3:M    4:R    5:L    6:Ch ou J    7:K ou Gu    8:F ou V    9:P ou B
Vouloir mémoriser des dates, des numéros de téléphones ou des séries de chiffres devient un jeu d'enfant dans la mesure où il suffit de créer des phrases ou images mentales composés des mots correspondants. Pour cela, il est bon d'apprendre une table de correspondance pour les 100 premiers nombres afin de créer rapidement l'image à mémoriser.
Ex: La réunion a tourné à la bagarre après cinq demis => BaGaRRe = 974 = Dépt de La Réunion (Capitale : St Denis)

Un complément sur cette technique.




Ne rêvez plus de devenir invisible, vous seriez aveugle ! Pourquoi ?
Parce que votre œil, transparent, n'intercepterait plus la lumière et votre rétine ne jouerait plus son rôle. Votre œil ne ferait plus office de chambre obscure et d'appareil optique. Dommage !




Depuis 1840, les présidents américains élus une année divisible par 20 ont mal vécu leur mandat :
- W.H.HARRISON (élu en 1840) est mort d'une pneumonie foudroyante
- A.LINCOLN (élu en 1860) est mort assassiné
- J.A.GARFIELD (élu en 1880) est mort assassiné
- W.H.McKINLEY (élu en 1900) est mort assassiné
- W.G.HARDING (élu en 1920) est mort mystérieusement empoisonné
- F.D.ROOSEVELT (élu en 1940) échappe de peu à un attentat (le maire de Chicago, Anton CERMAK, se jetant entre l'assassin et le président, reçoit la balle)
- J.F.KENNEDY (élu en 1960) est mort assassiné
- R.REAGAN (élu en 1980) échappe de peu à un attentat (blessure non mortelle)
Rien pour BUSH Jr ?! Ce n'était donc pas le président ! ;o)





Toute épopée héroïque, selon Joseph CAMPBELL, obéit à une trame classique :
- description du monde ordinaire du futur héros
- l'appel de l'aventure
- le refus de l'appel
- la rencontre avec le mentor
- le passage du premier seuil
- la route des épreuves
- vers le cœur de la caverne
- l'épreuve suprême
- la récompense
- le chemin du retour
- la résurrection
- le retour avec l'objet de la quête
Le talent fait ensuite la différence...


Comment être sûr de se retrouver devant les portes lorsque le métro arrive ?
Rien de plus simple : repérez sur la bordure du quai, au sol, l'endroit où la bande claire est plus sale ou mate. Cela indique l'endroit où les gens montent et descendent...





Comment trouver une aiguille dans une botte de foin ?
Mettez-y le feu et passer un aimant sur les cendres...

Bronski nous propose également la solution suivante que je vous livre telle que :
"On peut aussi faire bouffer la botte de paille à une vache, et quand elle devient toute rouge c'est bon."




Von Karman, spécialiste américain des problèmes aérodynamiques, donne cette définition plaisante de l'homme :
"L'homme est un cerveau mécanique extrêmement souple, fabriqué à bon marché et facilement par des travailleurs sans connaissances spéciales et pleins d'enthousiasme".
Cette définition est plus sympathique que ce scientifique pur et dur qui a calculé, qu'en terme de composés chimiques, l'homme ne vaut pas plus de 10 balles (1.52 euro).






Ce n'est que vers l'an Mil que l'étoile Polaire acquit sa place privilégiée.
Auparavant, il y eut Kochab, l'étoile B de Ursae Minoris, qu'utilisaient les navigateurs phéniciens, et vers l'an 800 de notre ère, l'étoile 32 H du Dragon, utilisée par les Vikings.
En l'an 12 400 avant Jésus-Christ, c'était Véga, l'étoile la plus lumineuse de la constellation de la Lyre qui servait d'étoile polaire ; les Égyptiens l'appelaient «Ma'at'» = l'étoile du Vautour, et orientaient leurs temples selon sa direction.
Dans 11 500 ans, le Pôle Nord céleste sera de nouveau auprès de Véga.

Comment s'orienter la nuit ?...
...avec la Lune !
Lorsqu'elle est au premier quartier, les cornes du croissant sont dirigées vers l'est ; au dernier quartier, vers l'ouest.


Utile pour tester les polices de caractères... :o)
« Portez ce vieux whisky au juge blond qui fume » compte bien les 26 lettres de l'alphabet français, mais pas une seule diacritique !
Le pangramme suivant :
« Dès Noël où un zéphyr haï me vêt de glaçons würmiens, je dîne d'exquis rôtis de bœuf au kir à l'haÿ d'âge mûr &cætera »
contient bien les quarante-deux lettres françaises !


Réhabilitation des majuscules accentuées
"En typographie française, et depuis le courant du XVIe siècle, on met les accents sur les bas de casse, c'est-à-dire les minuscules, et sur les capitales pour traduire les subtilités de la prononciation et éviter les contresens. En fait, il n'y a pas à faire de différence entre l'accentuation des minuscules et des majuscules : c'est la même règle qui s'applique dans les deux cas de figure. Les choses ont vraiment été codifiées dans le courant du XIXe siècle, comme d'ailleurs l'orthographe. Pour des raisons techniques des siècles passés, il arrivait que certaines polices soient créées sans accent (à cause de problèmes de hauteur des lignes de plomb ne permettant pas toujours de respecter l'interlignage), mais le bon typographe les rajoutait manuellement dans ses montages quand c'était possible.
Enfin, et pour des raisons de contraintes techniques cette fois-ci, est apparue, à la fin du XIXe siècle, l'impossibilité d'accentuer des capitales :
Premièrement, en imprimerie, des machines de composition de « labeur » sont apparues sur le marché. Les Linotype fondaient des lignes-blocs de caractères de qualité moyenne, destinées à la presse, mais la composition se faisait quatre fois plus vite que tout manuellement comme depuis des siècles. Les Monotype, fondaient des lignes de caractères séparés de bonne qualité et réservées aux livres et aux travaux soignés). Mais ces composeuses, étant de conception anglo-saxonne, ne comportaient pas de capitales accentuées, puisque la langue anglaise n'en comporte pas.
Deuxièmement, dans les secrétariats, dès leur apparition, les machines à écrire (alors à frappe mécanique) ne comportaient pas de capitales accentuées non plus, car elles étaient, elles aussi, de conception anglo-saxonne.
Petit à petit, on s'est habitué aux capitales non accentuées, bien qu'elles n'aient plus permis le respect de l'orthographe exigée par notre langue. Pendant près d'un siècle, on a justifié ces contraintes techniques par cette idée reçue idiote (On ne met pas d'accent sur les majuscules), on se l'est répétée de génération en génération, alors qu'il aurait été plus honnête de reconnaître : « On ne peut plus mettre les accents sur les capitales parce que les machines ne le permettent pas. » Ce que les typographes et autres professionnels étaient les seuls à savoir.
Aujourd'hui, la micro-informatique a remédié à ces lacunes : les polices numérisées sont conçues avec non seulement les accents en usage en français, mais également en usage dans bien d'autres langues. L'informatique permet à chacune d'elles de retrouver ses particularismes orthographiques."
Extrait de réflexions passionnantes d'Yves Perrousseaux


Quelques raccourcis clavier sous Windows :
- À => AltGr + 7 puis A
- È => AltGr + 7 puis E
- É => Alt + 144(sur pavé numérique)
- Ç => Alt + 128(sur pavé numérique)



En 1964 le litre a été redéfini comme valant exactement un décimètre cube, soit un millième de mètre cube. Avant cette date, le litre était défini comme le volume d'un kilogramme d'eau et différait du décimètre cube d'environ 28 millionièmes !


Dans la langue française et d'un point de vue étymologique, on fait tous, sans le savoir, une faute de français quand on utilise le mot "pas".
Par exemple : "je ne veux pas". Le "pas" n'a pas sa place dans cette phrase, la phrase correcte serait "je ne veux" tout simplement.
Explication : En fait, l'utilisation de "pas" n'est correcte que dans une seule phrase : "je ne marche pas", sous entendu, "je marche si peu que je ne fais même pas un seul pas" !
Le "pas" en question est donc bien le pas que l'on fait en marchant.
On comprend mieux la façon dont est utilisé ce mot en comparant avec les phrases suivantes :
Je ne bois goutte.
Je ne mange miette.
Je ne prononce mot.
À chaque fois, on réduit l'action du verbe à sa plus simple expression : une goutte pour boire, une miette pour manger, un mot pour parler, un pas pour marcher, de manière à bien faire comprendre et à accentuer le fait que l'on ne fait rien.
C'est évidemment l'usage qui a fini par imposer "goutte" et "pas" (je n'y vois goutte, je n'y comprend goutte) puis "pas" tout seul alors qu'à l'origine "pas" s'employait uniquement avec le verbe "marcher"...













- À quelle heure tombe la nuit ?
- 20 heures, bien sûr !
- Et pourquoi donc ?!
- En vertu d'une bizarrerie linguistique européenne ! En effet, il suffit de comparer les mots "huit" et "nuit" dans différentes langues : otto et notte, eight et night, acht et nacht, ocho et noche, oito et noite… troublant non ?





Pour ceux qui aiment la précision ou enquiquiner le monde, il convient de se faire préciser, quand on leur dit que ça va prendre une année, s'il s'agit d'une année tropicale, d'une année sidérale ou bien d'une année anomalistique !


Une ordonnance pour une longue vie pourrait être rédigée ainsi :
Posologie : chaque jour, une bonne dose d'optimisme + curiosité + émerveillement + amour de son prochain + pas de regrets + le travail + la marche + ne pas se prendre au sérieux + se rendre utile.
Mais aussi, pourquoi pas, "bag balm" + gelée royale + guarana + cranberry + fruits, légumes et céréales + omega 3 + une feuille de gotu kola par jour.
Effet secondaire : le plaisir.
Contre-indication : la bêtise.
Principe actif : il ne s'agit pas d'allonger sa vie à tout prix mais de l'élargir !...













Du genre des mots... et de la difficulté de se souvenir de certains !
Une anagramme, une oriflamme, une écritoire, une météorite, une omoplate, une orbite, une scolopendre, un alvéole, un amiante, un antre, un apogée, un arcane, un globule, un haltère, un jade, un planisphère, un sépale, un tentacule mais aussi un ou une aigle, un ou une après-midi, un ou une hymne et surtout un amour tendre mais des amours mortes, un délice cruel mais des délices cruelles, un grand orgue mais des grands orgues ou des grandes orgues !




PETITE LEÇON D'ÉCONOMIE
...des emplois disparaissent couramment lors de luttes concurrentielles. Mais, selon l’expression consacrée, "un arbre qui tombe fait plus de bruit qu’une forêt qui pousse". C’est bien la destruction créatrice dont parlait Schumpeter qui est à l’œuvre à travers des déplacements de demandes et d’emplois. Sur le moyen et le long terme, l’économie dans son ensemble a intérêt à la dynamique de modernisation portée par la concurrence. Certes, des emplois sont supprimés chez les acteurs qui bénéficiaient d’une rente de marché, mais d’autres sont créés chez les nouveaux acteurs qui savent apporter une meilleure valeur ajoutée aux consommateurs (c’est pourquoi ces derniers les choisissent), et le pouvoir d’achat rendu aux consommateurs par la baisse des prix crée lui aussi des emplois dans l’économie à travers la consommation supplémentaire qu’il permet...
Lu sur Atlantico













Remarques

Les énoncés ci-dessus correspondent à des informations qu'il me semble bon de connaître parce qu'elles sont originales, parfois marrantes ou utiles, souvent inutiles bref culturelles !
Mes sources sont la vie, les livres, la toile...




N'hésitez pas à me faire part de vos remarques...
janus@free.fr
Page Personnelle de Bernard SERRES
Créée le 20/08/1999


Cette page est en construction permanente...